Le procureur abandonne les charges contre DSK

Dans une extraordinaire volte-face suite à plusieurs mois de rebondissements, le procureur de New York, Cyrus Vance Jr, a demandé, lundi 22 août, à la justice de New York d’abandonner les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn, une décision immédiatement dénoncée comme un déni de justice par l’avocat de Nafissatou Diallo, la femme de chambre guinéenne qui accuse DSK de l’avoir violée. Le parquet pdit avoir perdu l’espoir d’obtenir une condamnation de l’ancien directeur général du FMI, affirmant que Mme Diallo avait menti à de nombreuses reprises.

“Nous recommandons respectueusement que les poursuites soient abandonnées”, écrit le procureur dans le document adressée au juge Michael Obus. Le bureau du procureur a tout de même fait état de preuves non concluantes montrant “une relation sexuelle non-consentie” entre DSK et Nafissatou Diallo. Mais les mensonges “accablants” de la plaignante rendent la poursuite de la procédure impossible, a souligné Cyrus Vance Jr. Les avocats de DSK ont toujours affirmé qu’il s’agissait d’une relation consentie.

La plaignante a été reçue pendant à peine une trentaine de secondes par l’équipe du procureur avant que les informations confirmant la fin des poursuites ne commencent à filtrer, selon son avocat Kenneth Thompson. Immédiatement, les avocats de Mme Diallo ont critiqué la décision du procureur. “Le procureur Cyrus Vance a refusé le droit d’une femme à obtenir justice dans une affaire de viol. Il n’a pas seulement tourné le dos à une victime innocente mais aussi aux preuves matérielles dans cette affaire”, a déclaré Kenneth Thompson, qui avait tenté auparavant de dessaisir le procureur Vance. Mais aucun expert n’y a accordé la moindre importance.

MENSONGES

Le procureur Vance, à l’origine des poursuites contre DSK, avait déjà émis des doutes sur la crédibilité de son accusatrice, et sa capacité à convaincre un jury. Il avait expliqué qu’elle avait menti à plusieurs reprises aux enquêteurs sur son passé et sur ce qui s’était passé tout de suite après les faits présumés. Elle avait également longtemps refusé d’admettre une conversation téléphonique enregistrée où elle aurait évoqué le 15 mai avec un ami emprisonné la fortune de M. Strauss-Kahn. Mme Diallo elle même avait instillé davantage de doutes lors d’une série d’interviews télévisées, reconnaissant des erreurs.

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn, confirmant l’abandon des poursuites, se sont dits “reconnaissants”. “Nous avons dit depuis le début que notre client était innocent”, ont-ils dit dans un communiqué. “Nous maintenons également qu’il y a de nombreuses raisons de croire que l’accusatrice de M. Strauss-Kahn n’est pas crédible. M. Strauss-Kahn et sa famille savent gré aux services du procureur d’avoir pris leurs préoccupations au sérieux et d’avoir conclu de lui-même que cette affaire ne pouvait aller plus loin”, ont dit William Taylor et Benjamin Brafman.

M. Strauss-Kahn avait été inculpé de sept chefs d’accusation, notamment de tentative de viol, d’agression sexuelle et de séquestration. Il avait plaidé non coupable le 6 juin, avant d’être libéré sous caution le 1er juillet.

UNE “AFFAIRE” QUI N’EST PAS FINIE

L’audience devant la justice de New York, prévue mardi matin, aura lieu. Le juge devra alors, comme tous les experts le pensent, accepter la demande du procureur. M Strauss-Kahn récupérera son passeport et sera alors libre de rentrer immédiatement en France. Si ce nouveau bouleversement met vraisemblablement un terme au volet pénal, “l’affaire DSK” n’est pas encore terminée. Les avocats de Nafissatou Diallo ont en effet lancé au début du mois une procédure civile devant un tribunal du Bronx pour obtenir des dommages et intérêts après l’agression “violente et sadique” contre leur cliente.

M. Strauss-Kahn, auquel cette affaire a coûté son poste de directeur général du Fonds monétaire international, avait plaidé non coupable le 6 juin. Au pénal, la culpabilité doit en effet être établie au-delà de tout doute raisonnable. Au civil, en revanche, la personne se disant victime d’une agression sexuelle doit simplement apporter plus d’éléments en sa faveur que la défense, ce qui s’appelle prépondérance de preuves.

En France, le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête préliminaire sur la plainte de l’écrivaine Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’une tentative de viol en 2003. Pour l’heure, le parquet de Paris assure n’avoir pris aucune décision quant aux suites pénales du dossier.

Le Monde

http://www.lemonde.fr/dsk/article/2011/08/22/le-procureur-abandonne-les-charges-contre-dsk_1562303_1522571.html#ens_id=1522342

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in News and politics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s