Primaire PS: le débat en cinq points clefs

– Un débat à fleurets très très mouchetés :

Tout le monde avait en mémoire les débats de 2006 à la dramaturgie aussi peu existante qu’un film asiatique contemplatif. Ce fut à peine plus animé cette fois. On imaginait pourtant que les « petits » candidats allaient aiguillonner les « gros », qu’ils sortiraient de leur fourreaux de grandes épées pour une nuit des longs couteaux socialistes en mondiovision. Il n’en fut rien. Ou plutôt, les accrochages n’ont pas eu lieu entre ceux que l’on croyait. C’est entre Aubry et Hollande que le tensiomètre s’est un peu emballé. La première doutant du « sérieux » du second à vouloir atteindre 0% de déficit en 2017 (vue « l’incertitude » générée par la crise actuelle), le deuxième la coinçant en lui demandant de préciser sa pensée en matière de nucléaire.

– Une Royal pétrifiée :

C’était son moment. C’était ce soir ou jamais. Il lui fallait jouer son va-tout pour espérer recoller aux deux favoris des sondages, François Hollande et Martine Aubry, et venir troubler leur duel au soleil (palôt) que l’on nous vend depuis des semaines. Mais Ségolène Royal a si longtemps été désignée comme le principal agent diviseur des socialistes qu’à l’évidence elle a cherché à se maîtriser. Trop. Beaucoup trop. Ou peut-être s’est-elle comportée comme ces purs-sangs surentrainés qui, le jour du concours, refusent l’obstacle. Elle, la tempétueuse Ségolène, la « folle du Poitou », l’« irrationnelle de Melle » comme l’appelaient ses adversaires, est apparue pétrifiée, cherchant à tout prix à placer ses formules qui lui sont chères. Pourtant, certaines de ses idées auraient méritées d’être présentées avec plus de naturel et de détermination. Hélas, l’un comme l’autre étaient restés dans les loges…

– Un Montebourg renvoyant les autres au passé :

Monsieur a de l’éloquence, parfois même de la grandiloquence et, c’est certain, ça peut agacer. Mais une fois oubliée cette diction d’avocat en robe que lui-même aimerait pouvoir gommer, il est clair qu’Arnaud Montebourg a marqué de sérieux points au cours de ce débat télé. Notamment en renvoyant l’ensemble de ses camarades-adversaires au monde d’avant. De son côté, au moins, les ennemis sont clairement identifiés : « La finance mondiale et les gouvernements qui ont démissionné devant elle » (suivez son regard…). Ses armes (la démondialisation et le protectionnisme européen) ont été présentées avec simplicité et pédagogie. Son objectif était simple ce soir : gagner en notoriété. Il aura peut-être grappillé quelques précieux points.

– Un caillou nommé Baylet :

Si Montebourg a de l’éloquence, le patron des radicaux sait faire preuve d’une certaine faconde. Mais au-delà la bonhommie du personnage, il est clair que Jean-Michel Baylet a tout du caillou dans la chaussure des socialistes. Faudra-t-il en effet l’entendre dire, dans chacun des prochains débats qui seront organisés, que le projet PS ne tient pas la route parce que conçu avant la crise et que les 300 000 emplois aidés qu’ils renferment sont trop coûteux et inefficaces ? Après tout, il y a aussi Valls qui est là pour ça. Et pour le coup, même s’il est apparu très fairplay, le libéral de service a joué pleinement sa partition d’obsédé du désendettement…

– Une Aubry toujours en mal d’identité :

Pour être charitables, un nombre incalculable de journaux ont titré, depuis l’annonce de sa candidature le 28 juin, sur le « mystère Aubry ». Quelle est sa (vraie) personnalité ? Quelles idées défend-elle (vraiment) ? Se projette-t-elle (vraiment) dans la fonction présidentielle ? Le premier débat de la primaire, jeudi soir sur France 2, aura permis à Martine Aubry de sortir de cette ambigüité. Hélas pour elle, à son strict détriment.

A tous égards en effet, la maire de Lille est apparue comme une Madame Moins.

Moins volontaire que Ségolène Royal, elle a ronronné les propositions inscrites dans le programme du PS. « Je suis prête », a-t-elle articulé à deux reprises, mais sans éclat. A la première minute du débat, ces mots sonnèrent comme une angoisse. A la dernière minute, comme un regret.

En pointe dans les combats de société, elle aurait pu marquer des points auprès de la gauche bobo. Elle est apparue moins franchement libertaire que Jean-Michel Baylet, ne défendant ni la dépénalisation du cannabis, ni la régularisation des « sans-papiers », ni même le mariage homosexuel.

Européenne par tradition familiale, elle n’a pas osé ramasser le drapeau bleu étoilé qui s’effiloche sur le champ de bataille de l’euro. Son hommage ambiguë aux socio-démocrates allemands ne permettait guère de deviner si elle épousait une vision franchement fédéraliste ou si, au contraire, elle revenait à une prudente réhabilitation de la souveraineté nationale. A cette égard, la fille de Jacques Delors est apparue moins européenne que Manuel Valls.

Face à Arnaud Montebourg et son projet charpenté de démondialisation, Martine Aubry n’avait que deux choix rationnels : 1) elle disait tout le mal qu’elle pense de sa dérive « populiste » 2) opérant un virage idéologique à 180 degrés, elle faisait droit à ses arguments. Elle a choisi une troisième solution, franchement bâtarde : épargner le député de Saône-et-Loire, sans reprendre ses thèses. Fatalement, elle est apparue moins tranchante que Montebourg sur les véritables responsables de la crise et moins radicale que lui sur les mesures nécessaires pour en sortir.

Enfin, en tant que challenger, son objectif essentiel était de faire descendre François Hollande de son piédestal. Si possible en fédérant tous les autres candidats contre le chouchou des sondeurs et des éditorialistes. Elle a bien tenté de lui coller une image d’austérité, refusant de s’engager à l’endettement zéro pour 2017. Mais cette passe d’arme a plutôt montré leur convergence sur la nécessaire vertu budgétaire ! Pire, la « Mère-emptoire » est apparue moins sûre d’elle-même que « Flanby ». Faisant une démonstration inédite d’autorité, le Corrézien a même acculé la Lilloise dans les cordes sur le nucléaire !

D’ici le premier tour, Martine Aubry a tout le temps de révéler des talents cachés et de faire découvrir une personnalité qui jusqu’alors se dérobe. Après le 9 octobre, il sera trop tard.

Gérald Andrieu, Marianne

http://www.marianne2.fr/Primaire-PS-le-debat-en-cinq-points-clefs_a210359.html

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in News and politics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s