Juliette Gréco retraverse la Seine

Le nouvel album de Juliette Gréco, Ça se traverse et c’est beau, évoque les ponts de Paris avec un casting de collaboration éblouissant – Marc Lavoine, Melody Gardot, Philippe Sollers, Amélie Nothomb… Un concept-album profond et surprenant.

Juliette Gréco ne peut cacher qu’il y a quelque chose de classique chez elle : son nouvel album sort chez Deutsche Grammophon, le prestigieux label de “grande musique” de la major Universal. Mais Ça se traverse et c’est beau est loin d’être un album de forme et de facture classique. Le générique de ce disque est en lui-même, un manifeste d’audace, d’éclectisme et d’exigence : Marc Lavoine, Philippe Sollers, Amélie Nothomb, François Morel, Melody Gardot, Féfé, Marie Nimier, Jean-Claude Carrière, Christian Escoudé, Gil Goldstein, Gérard Duguet-Grasser, Alexandra Roos et, pour une chanson qui n’est disponible que dans la version numérique de l’album, Abd Al Malik. Des noms du jazz ou de la chanson, des écrivains, des personnalités inclassables, les uns fidèles de Gréco, les autres nouveaux venus dans son univers et, comme toujours, Gérard Jouannest.

“La bête est folle” dit-elle avec son petit rire d’enfant ravie. Avec tous ces complices, elle a construit un album à la fois complexe et limpide, tout en subvertissant les règles habituelles du concept-album. On lui avait proposé un disque sur Paris. Elle a proposé de chanter les ponts.“Les ponts unissent, les ponts séparent, explique-t-elle. On dit ‘jeter un pont’, on dit ‘couper les ponts’… Un pont, à Paris ce n’est pas de la pierre au-dessus du fleuve, c’est humain.”

Quand on a vécu Paris aussi longtemps que Juliette Gréco, on a forcément en tête mille images de pont. L’écrivain Philippe Sollers a donc écrit une méditation très simple et profonde sur le pont Royal, auprès duquel vécut longtemps Juliette Gréco – au 33, rue de Verneuil, exactement, tout près de là où Serge Gainsbourg vint s’installer quelques années après elle.

Et l’image de Gréco s’imprime avec une telle force dans la légende parisienne qu’Amélie Nothomb n’a pu y échapper quand elle a écrit son texte : elle dit qu’il manque au-dessus de la Seine un autre pont, qu’il faudrait appeler Le Pont Juliette“Je ne savais pas ce qu’elle écrirait, dit la chanteuse. J’ai été très surprise quand j’ai reçu le texte : c’est une chanson d’amour. Mais je ne peux pas chanter une chanson d’amour pour moi.”Alors, sur une mélodie de son époux, Gérard Jouannest (l’immense pianiste de Jacques Brel), c’est une autre voix qui s’invite sur l’album pour cette chanson parlée, celle du comédien Guillaume Gallienne.

Elle avoue aussi une pudeur quant au Petit Pont, confession d’un des ponts les moins célèbres de Paris, bien qu’il fut aux pieds de Notre-Dame, et que François Morel a écrite. L’auteur y murmurait la fierté éprouvée par le pont à l’idée d’être chanté par Gréco. Elle a préféré ne pas avoir à chanter son propre nom…

Mais, pour une fois, elle chante ses propres mots. Depuis ses débuts en 1949, Juliette Gréco n’avait écrit qu’une demi-douzaine de chansons. Elle clôt son album avec Le Miroir noir, dans lequel elle regarde “Ma Seine, théâtre de mes amours” et s’inquiète de “Ces eaux douteuses boueuses qui coulent vers quoi, vers où”. “Je suis plus que jamais effrayée par ce qui se passe, par le monde que nous laissons aux enfants. Paris ne ressemble pas toujours à la ville que j’ai connue et que j’ai aimée tellement.” Sa chanson rappelle bien les amours libres et innocentes qui courent les quais et les ponts, mais elle contemple avec douleur l’image du temps que renvoie la Seine.

Les duos de l’album sont pourtant radieux. Marc Lavoine lui a donné deux chansons qu’il vient chanter avec elle, C’est la la la et Seule avec toi – des amoureux, des mélancolies radieuses, des rêves à deux… Belle rencontre, évidemment : “Marc est doué pour la vie. Il est beau mais sain, juste. Il est beau mais fait comme s’il ne s’en rendait pas compte.”

Elle a eu aussi une rencontre forte avec Féfé. “Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il me propose cette chanson, une chanson comme j’aurais pu en chanter au temps de Jacques Prévert ou de Francis Lemarque. J’étais surpris qu’un garçon aussi jeune et qui vient d’ailleurs parle de Paris comme ça…” Car l’ancien membre du Saïan Supa Crew a écrit une chanson du pavé jazzy, Paris se rêve, dans laquelle ils chantent à deux l’oseille des filles de Pigalle ou les insolences de la rue. Mais c’est avec une autre jeune artiste qu’elle est allée à la rencontre du passé populaire de la chanson parisienne, en chantant Sous les ponts de Paris avec Melody Gardot – “elle était curieusement à l’aise dans cette chanson, même si elle avait un peu de mal avec toute la misère que racontent certains passages.”

C’est d’ailleurs la tonalité la plus singulière de cet album, qui court du printemps à la mort, des bourgeons d’amour aux suicides dans l’eau glacée… “Les choses sont variées parce que les ponts, c’est la poésie, c’est la vie. C’est mon histoire et c’est beaucoup d’histoires.”

Elle prolonge cet album sur scène du 6 au 8 février au théâtre du Châtelet, le jour du deuxième concert étant celui de son quatre-vingt-cinquième anniversaire. L’occasion aussi de revenir une seconde fois sur sa vie : quelques lustres après Jujube, elle raconte ses souvenirs dans Je suis faite comme ça, nouvelle autobiographie qui paraît chez Flammarion.

Bertrand Dicale, Radio France Internationale

http://www.rfimusique.com/actu-musique/chanson/album/juliette-greco-paris-seine-france

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in Music. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s