Campagne 2012: l’étrange silence des profs

Je suis très frappé par l’atonie du monde enseignant dans cette campagne présidentielle. Les partis politiques ne sont sans doute pas étrangers à la mort du débat pédagogique, s’étant tous mis d’accord sur les mesures à appliquer et se différenciant seulement par les montants à attribuer à l’éducation. Je crois très profondément que cette élection ne se jouera pas sur l’école, même si bien sûr l’éducation est présente dans les esprits, particulièrement ceux des familles.

Je suis également étonné de l’inactivité des blogueurs enseignants. Oh, on en trouve bien quelques uns de temps à autre pour faire entendre leur voix. Mais quand ils s’expriment sur l’éducation, on constate qu’ils ont totalement embrassé le point de vue dominant au sein de leur formation politique, abjurant toute forme d’esprit critique.

S’il y a bien une profession que sa hiérarchie s’ingénie à faire ch*** par tous les moyens possibles et imaginables, c’est pourtant bien celle-ci.

Réformes incessantes, faits du prince, interventions inutiles mais imposées dans les séances de cours, formulaires aussi crétins qu’abscons à remplir pour évaluer les élèves, méthodes kafkaïennes, circulaires au jargon incompréhensible et aux nomenclatures improbables…

Le “consensus mou de l’opinion”

Ce qui m’impressionne, avec les profs, c’est qu’ils n’ont jamais de revendications salariales. Alors que depuis quarante ans, leur salaire — en valeur absolue — n’a cessé de baisser.

En règle générale, ils se contentent simplement de demander qu’on leur foute la paix. En vain.

Le 31 janvier prochain, quelques uns de leurs syndicats appellent à la grève : la dernière trouvaille des « Châtel Cie », c’est d’attribuer aux chefs d’établissement le pouvoir de juger de la qualité pédagogique ou non de ses enseignants et de les noter donc en conséquence. Ainsi, un chef d’établissement ayant été formé en fabrication de macramé pourra désormais donner son avis sur les transgressions des règles de bienséance dans la Phèdre de Racine. Riche idée, non ?

En attendant, un grand consensus mou se dessine au sein de l’opinion : l’école telle qu’elle fonctionne semble satisfaire tout le monde. Enfin…presque

L’Hérétique, Marianne

http://www.marianne2.fr/Campagne-2012-l-etrange-silence-des-profs_a215104.html

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in News and politics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s