Les casseroles ne désarment pas à Montréal

Plusieurs milliers de personnes armées de casseroles ont manifesté jeudi soir dans les rues de Montréal, de façon calme mais déterminée, peu après l’échec des négociations entre le gouvernement québécois et les responsables étudiants sur la hausse des frais de scolarité.

La manifestation principale du centre-ville, regroupant près de 2 000  personnes, a dès le départ été déclarée illégale par la police car son trajet n’a pas été communiqué à l’avance. Les forces de l’ordre la toléraient néanmoins tant qu’elle ne débordait pas.

Deux autres manifestations ayant démarré à différents endroits de la ville ont rejoint le cortège principal en milieu de soirée. Des groupes de marcheurs ont également été signalés dans des quartiers périphériques.

La presse locale a indiqué que les protestataires étaient au total environ 10 000.

Selon la police de Montréal, trois arrestations ont eu lieu au total.

Une vitrine d’une institution bancaire aurait par ailleurs été brisée, d’après les médias québécois. Un journaliste de l’AFP a également observé la présence d’une trentaine de marcheurs vêtus de noir, quelquefois masqués, mais qui ne faisaient rien de répréhensible.

Dans l’ensemble, les manifestations se sont déroulées dans le calme à Montréal malgré l’électricité dans l’air à la suite de l’échec des négociations dans l’après-midi, entre les représentants étudiants et la ministre de l’Education Michelle Courchesne, après quatre jours de pourparlers.

Arpentant le pavé en frappant contre sa casserole, Madeleine Delisle, intervenante communautaire, indique être ici «parce que nous voulons la justice et la gratuité scolaire pour tous. Je suis complètement désabusée par ce gouvernement, je n’y crois plus, il ne veut pas céder sur l’augmentation des frais pour ne pas perdre la face devant l’électorat, c’est une honte».

Bloquée dans sa voiture par le cortège, Elisabeth Lousky, administratrice, se dit au contraire «tannée» (fatiguée) par les manifestants, «ils sont en train d’esquinter notre économie; je suis d’accord pour qu’ils s’expriment mais là maintenant on n’en peut plus, le gouvernement a fait beaucoup d’efforts». Selon elle, «il y a une très bonne qualité d’éducation ici, il faut payer pour cela sinon ça va dépérir».

A Québec, lieu des négociations entre étudiants et gouvernement, les manifestations se sont déroulées jeudi soir dans un climat plus tendu qu’à Montréal. Un journaliste du Journal de Québec, Jean-François Racine, ayant reçu deux coups de matraque de la police qui chargeait des manifestants, a indiqué avoir été témoin de «plusieurs arrestations» mais il n’y a pas encore de bilan officiel de la police de la ville.

Le porte-parole du syndicat la Classe, Gabriel Nadeau-Dubois, a appelé à une grande manifestation samedi à Montréal, tandis que le Premier ministre québécois Jean Charest a lancé un appel au calme.

Libération

http://www.liberation.fr/monde/2012/06/01/les-casseroles-ne-desarment-pas-a-montreal_822882

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in News and politics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s