Le nouveau président mexicain, un pantin aux mains des cartels ?

« Ce serait la pire des chose qui pourrait arriver au Mexique car il n est pas prêt et surtout il est ignare et corrompu », mort avant le scrutin, l’écrivain mexicain Carlos Fuentes n’aura pas eu l’occasion de voter, mais son choix était fait, semble-t-il.

Le peuple en a décidé autrement. Avec ses airs de dandy propre sur lui surgominé sourire ultra-bright, Enrique Pena Nieto a tout du gendre idéal. Pourtant, le nouveau président mexicain traîne une réputation autrement plus sulfureuse qui fait dire au magazine américain Foreign Policy que le «beau gosse mexicain est plus dangereux qu’il n’y paraît». 

Pour ses détracteurs, cet avocat de 45 ans, n’est que la face médiatique et superficielle d’un retour des vieux démons de l’autoritarisme et de la corruption ayant marqué une bonne partie de l’histoire du parti dominant au siècle dernier.

Ayant montré ses limites à diverses occasions lors de la campagne, notamment sur la politique étrangère ou le montant du salaire minimum, incapacité à citer les trois titres de livres qui ont marqué sa vie, hormis la Bible évidemment…

Des bévues dignes des « meilleurs » candidats aux primaires américaines.

LE PRI, UN PARTI À L’ORIGINE DE LA MONTÉE EN PUISSANCE DES CARTELS?

Président par défaut, l’élection d’Enrique Peña Nieto, est largement dûe à l’échec de son prédécesseur, Felipe Calderón dans la lutte contre le crime organisé qui a coûté plus de 60 000 morts au pays. Un phénomène que le New Yorker a qualifié de « guerre civile de basse intensité ».

Le nouveau président devra surtout montrer son aptitude à rompre avec les méthodes habituelles de gouvernement du  Parti révolutionnaire institutionnel frappées du sceau du clientélisme et de la corruption. « La lutte contre la criminalité va continuer avec une nouvelle stratégie visant à réduire la violence et à protéger, avant tout, la vie des Mexicains. Il n’y aura ni négociation, ni trêve » a-t-il promis sitôt les résultats des élections connus.

Reste le passage à l’acte, c’est que le PRI a un passif relativement lourd en la matière. Dirigeant le pays de 1929 à 2000, c’est essentiellement grâce à l’existence de connexions occultes entre certains membres du PRI et les trafiquants que des groupes de mercenaires se sont installés dans le pays, professionnalisant et militarisant le trafic de drogues, pour faire régner peu à peu la terreur dans le pays. Ministres, gouverneurs d’Etats, directeurs de police judiciaire, militaires hauts-gradés, l’étendue des réseaux des cartels est sans limites jusqu’aux« secrétaires particuliers des deux derniers présidents» ayant appartenus au PRI.

UN PRÉSIDENT DANS LES MAINS DES CARTELS ?

Dans un article du Monde Diplomatique du mois de juillet intitulé « Mexico recule contre les cartels », le journaliste Jean-François Boyer donne un aperçu terrifiant d’un pays gangrené par les trafics.

La drogue n’est plus seulement exportée aux Etats-Unis, elle menace l’Etat et ses institutions. Et de citer l’exemple anecdotique d’une fouille effectuée par des policiers dans la prison d’Acapulco : une centaine de kilos de marijuana, des télés, une vingtaine de prostitués dorment avec les détenus, lecteurs CD, coqs de combats, paons royaux, le animaux de compagnie préférés dans les cartels.

De multiples zones d’ombres demeurent néanmoins dans le CV trop parfait de ce président aux allures de gravure de mode.

En 2010, l’homme s’est remarié avec une actrice de telenovela travaillant pour Televisa et rencontrée alors qu’elle participait au tournage d’une des spots de promotion de sa campagne électorale dans l’Etat de Mexico.

La connivence ancienne entre Enrique Peña Nieto et Televisa, la principale chaîne de télévision mexicaine, a été un des chevaux de bataille du mouvement étudiant #YoSoy132, apparu courant mai contre le retour du PRI au pouvoir. Selon le quotidien britannique The Guardian  qui a eu accès à à 200 pages de documents internes de Televisa, il se serait ainsi assuré financièrement une couverture nationale favorable dès 2005.

Surtout, Enrique Pena Nieto ne pourrait être qu’un joli pantin présentable mais un président aux mains liés dans un pays où les pouvoirs clientélistes locaux, notamment les gouverneurs des Etats se comportent comme des seigneurs féodaux et cohabitent très bien avec les cartels qu’ils ont contribué à installer.

À 45 ans, le PRI Enrique Peña Nieto a peut-être été le plus jeune candidat dans la course, mais il n’existe aucune preuve qu’il représente réellement quelque chose de nouveau. « Au contraire, tout ce que nous savons de lui suggère qu’il va ramener les pires traditions de l’opacité, la corruption, et de l’intolérance » tranche Foreign Policy.

Régis Soubrouillard, Marianne

http://www.marianne2.fr/Le-nouveau-president-mexicain-un-pantin-aux-mains-des-cartels_a220385.html

About Marc Leprêtre

Marc Leprêtre is researcher in sociolinguistics, history and political science. Born in Etterbeek (Belgium), he lives in Barcelona (Spain) since 1982. He holds a PhD in History and a BA in Sociolinguistics. He is currently head of studies and prospective at the Centre for Contemporary Affairs (Government of Catalonia). Devoted Springsteen and Barça fan…
This entry was posted in News and politics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s